Antigone de Jean Anouilh le 24 Mars à 20H30 au théâtre Gérard Philipe de Saint Jean de Maurienne

NOTE D’INTENTION

Vouloir mettre en scène Antigone c’est vouloir raconter une histoire. L’histoire d’une jeune fille rebelle et idéaliste, éprise de liberté. L’histoire d’une jeune fille, seule face au monde, qui trouve la force de dire « non » à ce qu’elle trouve injuste.

L’histoire d’une révoltée, d’une indignée, d’une insoumise, qui agit au risque de se mettre en danger.

Si Antigone ne veut pas laisser le corps de son frère, Polynice, pourrir au soleil où il serait mangé par des charognards, ce n’est pas seulement parce qu’elle l’aime. C’est parce qu’elle pense qu’il a sa dignité et qu’il est inadmissible de lui refuser la paix à laquelle a le droit chaque mort. Et que la dignité appartient à chaque être humain. Si une loi s’oppose à la dignité et au respect des morts, alors il faut s’opposer à cette loi. Pour Antigone la loi de la vie et des Dieux est au-dessus des lois fabriquées par les hommes, qui sont parfois injustes et immorales.